Virginie Grimaldi, Tu comprendras quand tu seras plus grande

Il s’agit du premier roman de Virginie Grimaldi que j’ai lu. Et depuis, je suis tombée amoureuse de sa plume ! Incontestablement mon auteure préférée, que j’ai d’ailleurs eu l’immense chance de rencontrer à Metz le 30 octobre 2018. C’est une femme tellement drôle et généreuse quand on l’aborde, et ça se ressent dans son écriture. C’est ce qui justifie son immense succès à mon sens !

D’ailleurs, je ne le dirais jamais assez, les lectures peuvent influencer vos vies, parfois même les sauver. C’est pour cela que je les préfère dix mille fois aux films. Ce roman a opéré sur moi un effet cathartique relativement fort ; et par la même occasion ouvert mon envie de découvrir d’autres productions de l’auteure.

Julia Rimini est une trentenaire qui a enchaîné les drames au cours de ces derniers mois : la mort de son père, l’AVC de sa Maminou chérie, et la séparation avec celui qu’elle croyait être l’homme de sa vie. Elle va tenter de se reconstruire en acceptant un poste de remplacement en tant que psychologue dans une maison de retraite, le temps d’un congé maternité. 

L’installation dans cet établissement est compliqué pour Julia, qui est au départ guidée par les préjugés qu’on peut avoir sur les personnes âgées. Finalement non, son quotidien ne sera pas uniquement ponctué par l’organisation de lotos et Frank Michaël ! Notre protagoniste se rendra très vite compte qu’en-dessous des rides et des cheveux blancs se trouvent des personnes qui, elles aussi, ont vécu une vie bien remplie, ont connu des joies, des peines, sont tombés amoureux, fait des projets, se sont fabriqués des souvenirs pour le restant de leurs jours. 

La psychologue va également nouer une très forte amitié avec ses collègues : Marine, aide-soignante, et Greg, animateur. Cette période que Julia va passer en maison de retraite et les rencontres qu’elle va y faire vont lui permettre de s’attaquer à ses propres problèmes et tenter de les résoudre tant bien que mal. 

On a envie de poser notre bouquin et de rejoindre les personnages aux Tamaris, afin d’avoir cette chance également, de vivre une telle expérience !

Citations

  • « J’ai toujours été comme ça. Les choses ne sont pas encore terminées que je les regrette déjà. J’ai un problème évident avec la fin, qu’elle concerne une plaque de chocolat, une période ou une relation. Alors mon esprit essaie inconsciemment de m’y préparer en lançant des alertes : « Attention, c’est bientôt terminé » ; « Profite, c’est peut-être la dernière fois ! » Résultat : je ne parviens jamais à apprécier pleinement le moment présent. Il y a toujours une part de moi qui la joue rabat-joie. Je suis nostalgique du présent. Et c’est pire avec le passé. 

  • « Maminou n’est plus là. Mes souvenirs non plus. Je fais le chemin inverse, une dernière fois. Mentalement, je dis adieu à cet endroit qui m’a vue marcher à quatre pattes, gazouiller, trébucher, rire, pleurer, dormir, jouer, aimer. Grandir. »
  •  » – Qu’est-ce qui vous fait le plus peur ? Ses paroles me troublent. On dirait qu’elle s’est promenée dans mon cerveau, elle m’a cernée avec une exactitude impressionnante. -Je ne sais pas. J’ai peur de souffrir, je crois. J’ai l’impression que je suis toujours sur le qui vive, comme si je m’attendais à ce qu’un drame me tombe dessus. Ca fait tellement mal quand tout bascule, comme ça, sans prévenir. C’est comme si mon subconscient essayait de s’y préparer en restant en alerte. – Parce que vous ne vous faites pas confiance. Votre plus grande peur, c’est vous. Si vous étiez ma petite-fille, je vous dirais que, si vous vous débarrassez de cette peur de vous-même, vous n’aurez plus peur de personne. Personne ne vous fera plus souffrir si vous croyez en vous. (…) J’ai oublié quarante ans de ma vie, poursuit-elle. Cela m’a appris une chose primordiale, sans doute le secret du bonheur : la vie, c’est le présent. C’est ici et maintenant. D’hier, il ne faut garder que le positif. De demain, il ne faut rien attendre. On ne peut pas changer le passé, on ne peut pas connaître l’avenir. »

2 commentaires sur “Virginie Grimaldi, Tu comprendras quand tu seras plus grande

Ajouter un commentaire

    1. Oups, je me suis mélangé les pinceaux. XD C’était juste pour te communiquer une petite info : Le nouveau roman de Virginie Grimaldi, « Et que ne durent que les moments doux », est annoncé pour juin par les éditions Fayard ! 😺

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :